L’interview de Vox Pompidou à Paris (28 mai 2017)

Vox Pompidou, concert au Super SoNiC du groupe pop-garage rock sans limitation, de Montpellier
Vox Pompidou, concert au Super SoNiC du groupe pop-garage rock sans limitation, de Montpellier

Le groupe Vox Pompidou de Montpellier répond à nos questions après leur concert au Super SoNiC à Paris, le 28 mai 2017. Un échange bien délire et sympathique avec ce groupe hors du commun.

Ultimusic : Vox existe depuis 2012. Comment le groupe est-il né ?

Vox Pompidou : J’ai envie de dire « Tout à fait ». Non, en fait, il est né avant, bien avant. Ce qui se passe en 2012, c’est qu’il y avait un groupe qui s’appelait Vox Makina avec Olympe au chant. Nous avions fait avec elle de gros concerts mais il y a eu une divergence de choix artistiques. Du coup, on a décidé de continuer en exploitant le vécu que nous avions déjà. Malgré tout, nous voulions avoir une chanteuse en lead. Nous avons donc organisé des auditions de nombreuses chanteuses avec le risque de ne pas trouver ce que nous cherchions et d’abandonner le projet. Et la toute dernière auditionnée, c’était Mélo. C’était la plus stressée. Elle nous l’a dit d’ailleurs et nous avons beaucoup apprécié cette franchise. Nous avons commencé et ça a été la révélation. En fait, nous avons fait cette audition mais nous avions l’impression de jouer en concert. Ça s’est passé en mode vraiment séduction (Mike : « Moi, j’étais pas là mais c’est vrai que j’ai aimé ça ! »). Elle avait mis le micro face à nous. On n’a même pas débriefé ensuite. C’était évident. Ça nous a mis une patate et direct on a travaillé sur le premier EP et voilà comment est né Vox. Mais pour être plus précis, la véritable naissance est survenue il y a deux ans quand Mike nous a rejoint avec son engin démoniaque appelé basse et on se retrouve ce soir à Paris au Super SoNiC avec Mélo, Vincent, Sam et Mike.

Ultimusic : Je sais qu’il est difficile de classer un projet dans un genre spécifique. Comment vous définiriez votre style ?

Vox Pompidou : On nous a sorti « pop-garage » un jour, on aimait bien. Mettre une étiquette vraiment, je dirai « rock sans limitation », no limit. Et, est-ce que c’est du rock finalement ? Qu’est-ce que le rock ? Tu te drogues ? Bon, c’est du rock alors ! T’as assez de batterie parce que si on cherche à définir le rock, on n’a pas fini. Tu peux faire du rock en jouant de la java. Parce que la java, c’est pas de la menthe à l’eau.

Ultimusic : Votre album est une véritable découverte et un coup de cœur. Il s’écoute tout seul, on se prend une bonne claque et on ne s’en lasse pas. Avec le recul, savez-vous comment l’album a été perçu par le public ?

Vox Pompidou : Le public, on ne sait pas trop. Les chroniques, oui. On a eu de très bonne chroniques, terribles, tu pouvais pas espérer mieux. Ça groove, c’est la baffe, c’est frais, c’est perso, c’est pas que du rock. C’est vrai qu’on ne s’était pas posé la question mais c’est comme ça. pour moi, l’album était plutôt rock mais ça fait plaisir que les gens y entendent aussi autre chose. Après, nous avons une référence qui permet de répondre à ta question. L’album a été distribué physiquement au niveau national. On ne connaît pas précisément le résultat mais nous avons fait partie d’un classement, d’un hit et nous avons eu quelques rapports qui indiquaient que le disque se vendait bien. Après, pour le moment, en dehors des chroniques, notamment dans des journaux nationaux comme Rock & Folk qui nous ont fait vraiment plaisir, il y a eu un réel impact en terme de ventes même s’il est encore trop tôt pour donner des chiffres.

Ultimusic : L’an dernier, vous annonciez la sortie d’un nouvel opus avec peut-être au moins un titre en français. Le style va-t-il évoluer ?

Vox Pompidou : Oui. On travaille sur un EP. Ça va évoluer mais ça va rester du Vox. Moi (Mélo), j’essaie d’écrire en français après je verrai si je garde ou pas mais on a envie d’essayer plein de choses différentes et le texte en français en fait partie. Ce qu’on a envie de faire, c’est de nous lâcher, de se surprendre, partir dans plein de directions et au final pouvoir se dire « Youhou, ça c’est cool, on avait pas pensé à ça » mais ça sonne et ça le fait. Tant que ça reste dans le délire de Vox, on signe, on en est fiers et on le fait. Se surprendre, c’est ce qu’on attend de nous, déjà.

Ultimusic : Vous tournez surtout dans le sud. Vous envisagez une tournée prochaine pour la sortie du nouvel EP, par exemple ?

Vox Pompidou : Oui, on a pris contact avec des endroits où on a déjà joué cette année, notamment avec la Pietà. On a vu où ça bougeait bien et on a fait une petite sélection pour organiser une tournée pour la sortie de l’EP.

Ultimusic : Quel serait votre rêve pour le groupe ?

Vox Pompidou : De faire ça à plein temps. Et de faire du foie gras en même temps ! Réaliser tous nos fantasmes. On a beaucoup d’ambitions pour le prochain EP et le rêve à court terme, c’est d’arriver à enregistrer et être à la hauteur de nos espérances. Nous rêvons de pouvoir continuer à nous produire à jouer parce qu’on est une bande de potes et la musique nous rassemble. On partage ça et on veut que ça continue le plus possible. On envisage pas que ça s’arrête. C’est un rêve mais c’est une nécessité en fait.

Ultimusic : Ultimusic est un site de découvertes musicale qui cible la scène locale et tente de mettre en avant les artistes et groupes qui ne sont pas bombardés par les grosses boites de production et distribution. Vous connaissez des artistes que vous souhaiteriez faire connaître ?

Vox Pompidou : Il y en a tellement, oui. Là, le 6 juin, je vais voir au Rockstore à Montpellier un groupe qui s’appelle « The mystery lights« . Je pourrais t’en citer plein d’autres. C’est une quête de trouver le groupe qui va te faire vibrer. Ça enrichit. C’est une source d’inspiration et de motivation, en plus des groupes cultes comme Led Zeppelin ou les Beatles. À Toulouse, je connais un groupe qui s’appelle « Draw me a sheep« . C’est du metal expérimental technique, un style que je trouve habituellement un peu pompeux mais j’ai acheté leur album et je les ai vus en concert. Y a pas de chant. Y a pas besoin, c’est une tuerie. Y a des influences jazz, c’est très très cool et j’aimerais bien qu’ils tournent pour pouvoir les faire connaître à pas mal de gens.

Ultimusic : Y a-t-il une question qu’on ne vous pose jamais et qui vous tient à cœur ?

Vox Pompidou : Bonne question. On veut juste qu’on nous laisse faire ce qu’on a envie de faire et qu’on arrête de nous dire que pour marcher, il faut faire comme ci ou comme ça. Qu’on te donne un avis, c’est très enrichissant mais qu’on te dise qu’il ne faut pas faire comme tu fais et que tu dois faire de telle et telle manière pour plaire, ça m’insupporte. Laissez nous faire ce qu’on veut et ce qu’on aime. Si j’ai envie de crier pendant une heure ou de pas chanter pendant une heure, je chante pas. Toutes les infrastructures qui sont soit-disant dans le développement veulent absolument te coller une étiquette et ne t’apporte aucune aide si tu ne rentres pas dans le moule. On a une musique qui est diversifiée, on a plein d’envies et on veut que ça sonne tel quel mais pour nous c’est souvent une difficulté parce qu’on nous rejette en nous disant qu’on ne sait pas où nous caser. Est-ce qu’il faut pour autant changer. Nous, nous avons pris le parti de nous affranchir de ça et je pense que plein d’autres groupes devraient le faire aussi pour créer et proposer des nouvelles choses telles qu’ils les ressentent.

Merci aux membres de Vox Pompidou pour leur spontanéité, leur franchise et d’avoir accepté de répondre à nos questions après un concert où ils se sont donnés à fond. Leurs réponses ne font que renforcer l’idée que je me faisais de ce groupe après avoir écouté leur album, après les avoir vus sur scène : Vox est un groupe novateur, sans concession qui fait le choix de défendre son originalité et sa créativité au risque d’être freiner par un système qui n’aime pas le changement. C’est pour ça qu’on les aime.

Si tu ne les connais pas encore, n’hésite pas à visiter l’article qui leur est consacré : Vox Pompidou sur Ultimusic.

Vox Pompidou, l'interview du groupe pop-garage rock sans limitation, de Montpellier

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer